Archives
les etats generauxles themesles temoignagesparticiper a la consultationliens utiles
Thème : Quel travail faut-il accomplir pour réconcilier la mémoire, la culture et l'identité ?

Valoriser le travail des artistes locaux et mieux aider les jeunes talents

Ce qu'ont écrit les internautes sur le même sujet. Cliquez ci-dessous pour en lire le détail.
artistesassociation momon papa lélà, Réunion
Diffusion des artistes et de leurs oeuvresNathalie Laulé, Martinique
RASTAMANzikak3, Guadeloupe
« Le vivre ensemble multiculturel réunionnais, héritage et projet de société »AMARRES, Réunion
1.75
Thème : Quel travail faut-il accomplir pour réconcilier la mémoire, la culture et l'identité ?

Valoriser le travail des artistes locaux et mieux aider les jeunes talents

Vous répondez à ce commentaire :

lol le françaisnoir, il faut te calmer. Tu décrédibilises ce forum.

Je pense que tu généralises un peu trop la musique urbaine de nos jeunes. Si tu prends le temps d'écouter certains de nos artistes locaux tu te rendrais compte qu'ils ont eu les yeux "ouverts" bien avant toi sur la vision d'une "nouvelle antillanité".
Moi je les encourage à trouver leur propre style dans cette musique urbaine. Certains le font, et nous devrions les encourager quand ils mélangent "Gwoka avec Dance Hall" ou "quadrille avec Dance Hall".
Dans ce cas, arrêtons de copier leur CD, achetons les et arrêtons de les pirater. Valoriser un artiste commence par notre honnêteté vis à vis de son travail.
Pour ce qui est de leur promotion, les médias locaux s'en chargent suffisemment. Mais il serait interessant qu'il soit aussi connu sur l'Exagone, d'où l'importance d'innover en gardant les bases traditionnelles.

Thème : Quel travail faut-il accomplir pour réconcilier la mémoire, la culture et l'identité ?

Valoriser le travail des artistes locaux et mieux aider les jeunes talents

Vous répondez à ce commentaire :

ok, je voix ou tu veux en venir.
C'est juste que cela me fait mal de voir que l'on délaisse la biguine et le zouk traditionnel pour les les autres. Notre culture s'envole par cette breche et l'art n'est pas premierement une affaire de commerce.
Biguine et Zouk Sé TAN NOU!
On devrais les entendre en plus grande partie, en majorité.

Thème : Quel travail faut-il accomplir pour réconcilier la mémoire, la culture et l'identité ?

Valoriser le travail des artistes locaux et mieux aider les jeunes talents

Vous répondez à ce commentaire :

Oui je suis d'accord mais il faut comprendre que la société est en mouvement perpétuel, tout comme l'univers et le soleil. Rien n'est figé!
La biguine et le Zouk c'est TAN NOU mais on doit aussi pouvoir évoluer pour pouvoir s'exporter et se faire connaître des autres.
La salsa a évolué et aujourd'hui elle est internationale. Elle tire ses origines de la musique de la santéria cubaine.
Le R&B a aussi évolué pour être une musique de référence dans le monde entier y compris Afghanistan.

Il ne faut pas être figé et fermé à ce que font nos artistes. Laissons les trouver leurs marques tout en gardant les bases traditionnelles. Ceux qui copient pour copier les autres cultures, ta remarque est juste. Mais ceux qui utilisent les bases pour évoluer et exporter leur culture, respectons leur travail.

Thème : Quel travail faut-il accomplir pour réconcilier la mémoire, la culture et l'identité ?

Valoriser le travail des artistes locaux et mieux aider les jeunes talents

Vous répondez à ce commentaire :

En art contemporain, il faut savoir que l'art de la Caraibe suscite un véritable interêt des collectionneurs qui ne trouvent plus d'art "intéressant" dans les pays occidentaux. La course aux oeuvres qui flashent par leurs prix demesurés (voir une Damien Hirst) retombe peu à peu face à une crise mondiale qui empêche de faire trop de spéculation risquée. L'art caribéen encore peu et mal connu (à part l'art Cubain et Haïtien) a le merite de proposer de nouvelles formes même si parfois encore jeunes et maladroites.
Des professionnels de l'art suivent ainsi de très près ces futurs talents et les achètent avant qu'ils ne deviennent trop cher: la spéculation recommence donc à grand pas. Si les artistes se réjouissent de voir leur travail valorisé (voir l'exposition de la villette Kreyol Factory et l'exposition de l'hotel de ville de Paris qui a lieu tous les ans Latitudes) il reste un problème: ils vivent une fois de plus dans un système ou les benefices ne reviennent pas à leurs compatriotes et ou les regles sont dictees par les instances qui imposent une nouvelle forme d'exploitation...