Archives
les etats generauxles themesles temoignagesparticiper a la consultationliens utiles
Thème : Comment faire baisser les prix ?

Remplacer l'octroi de mer par une TVA spécifique versée au bénéfice des collectivités locales sur les produits importés

Ce qu'ont écrit les internautes sur le même sujet. Cliquez ci-dessous pour en lire le détail.
Une TVA à la place de l'octroi de mer?SMET, Guyane
3.3125

Oui avec un controle de la cour des comptes sur l'usage des deniers publics.

Diminuer l'octroi de mer dans un premier temps, serait un depart !

L'octroi de mer a l'avantage de s'adapter en fonction du produit. La TVA, même adaptée, serait uniforme et ne répondrait pas à nos préocupations de vie chére pour les produits courants, ou alors deviendrait un octroi de mer sous un autre nom. Par contre il faut veiller à l'usage qui est fait de cet octroi et peut-être privilégié les produits de nos voisins, plutôt que de faire transiter des produits similaires depuis la métropole (cout environemental à intégrer)

Cette TVA serait il est vrai en apparence, une forme d'octroi de mer sous un autre nom. Mais elle permettrait une uniformité avec non seulement la France, mais les autres états européens, en simplifiant d'un coup le travail administratif des importateurs lors de l'entrée des produits en Guyane, il leur suffirait de remplir un bordereau si possible semestriel (ou le déclarant devra simplement remplir des cases). L'octroi de mer est un mouton à 5 pattes, obsolète, casse tête quasiment ingérable en l'absence de déclarant en douane, c'est un véritable frein au développement économique de la région... Le remplacer par une TVA à taux zéro pour tout produit fabriqué ou même transformé en Guyane, non seulement inciterait les entreprises à produire, mais permettraient aux produits locaux de devenir compétitifs et répondrait donc aux préoccupation de "vie chère".
La seule difficulté, reste à persuader Bercy et l'Europe à ce que les montants perçus soient reversés directement aux collectivités locales, pour cela la Guyane devra rentrer dans l'Europe fiscale, mais avec certaines spécificités.