Archives
les etats generauxles themesles temoignagesparticiper a la consultationliens utiles

Thème : Comment limiter les importations et augmenter la production locale ?

Productions locales

résumé de l'argumentation ci dessous.
Pour moi il faudrait:
Encourager les cultures vivrières
Promouvoir la diversité des cultures
Produire des cultures à forte valeur ajouté (cacao, café, vanille,..)
Former nos planteurs et agro-transformateurs
Produire ces cultures avec une qualité élevée
Cibler le marché du luxe et du haut de gamme.

A mon avis il faut fortement encourager la production locale vivrière pour parvenir à une certaine autosuffisance alimentaire.
Il faudrait abandonner la culture de la banane et de la canne pour la fabrication de sucre pour tendre vers la production de produits à forte valeur ajoutée après transformation tels que le cacao, le café, la vanille et tant d'autres.

Pour conserver la production de canne il faudrait améliorer nos techniques de distillations pour conserver la même qualité durant toute l'année. il faut également chercher de nouveaux marchés et placer nos spiritueux comme produits de luxe. Pour cela il faudra faire de gros efforts sur le packaging à l'image des martiniquais et un marketing haut de gamme, cibler l'international.

Le cacao est pour moi une culture avec de l'avenir pas tant pour sa production en elle même mais surtout pour sa transformation. Premièrement il faudrait augmenter les surfaces plantées et former les planteurs. Deuxièmement il faudrait attirer des maîtres chocolatiers de renom en Guadeloupe avec pour mission de former des locaux et d'utiliser la production locale. Avec la variété des saveurs, des fruits et des épices de chez nous nous trouverons bien le moyen de faire du chocolat de qualité à vendre à une clientèle aisée.

Le café: il faut trouver des terroirs intéressant avec des variétés recherchées le but étant d'atteindre la qualité du Blue Montain Jamaicain. C'est surement vers ce pays également qu'il faudra se tourner pour nous former à la torréfaction. Le marché visé étant bien sur haut de gamme.

La vanille me semble une culture plus compliquée à mettre en œuvre mais selon les mêmes recettes que précédemment on peut arriver à faire de la qualité. sachant qu'une bottes de vannille de meilleur cru peut se négocier plus de 200€.

Nous avons de nombreux jeunes avec des formations de haut niveau en chimie, pharmacologie, cosmétologie, parfumerie et autres. Ce sont des industries travaillant énormément avec des plantes tropicales de chez nous ou pouvant être cultivées facilement ici pourquoi ne pas leur vendre les huiles essentielles et autres produits de transformation.

La canne, le cacao, le café, la vanille et peut être d'autres sont des cultures demandant beaucoup de main d'œuvre peu qualifiées ce qui est un frein à leur développement dans les départements comme les nôtres. Pourquoi ne pas obliger nos nombreux ex RMIstes et nouvellement bénéficiaires du RSA sans qualification, sans activité et sans contre indication médicale depuis plus d'un an à travailler dans les coopératives ou les exploitations créees. Ils pourraient peut êtres devenir des saisonniers toute l'année avoir des revenus plus importants, d'autres aides et surtout de la formation.