Archives
les etats generauxles themesles temoignagesparticiper a la consultationliens utiles
Thème : Comment favoriser le dialogue social et l'accès à la formation professionnelle ?

Mettre en place une politique de discrimination positive

Ce qu'ont écrit les internautes sur le même sujet. Cliquez ci-dessous pour en lire le détail.
étudiantJOSEPH-AUGUSTE, Martinique
une réponse complexe à un problème complexemojilei, Martinique
2.5
Thème : Comment favoriser le dialogue social et l'accès à la formation professionnelle ?

Mettre en place une politique de discrimination positive

Vous répondez à ce commentaire :

dixit "Il passe également par une économie de la production plutôt qu’une économie de la fonction publique."

Ce problème est le problème majeur aux Antilles. Des profs, des élites politiques et autres essaient de changer les mentalités, mais il semble que ce système soit plus fort que la raison.
La preuve ... quand un jeune essaie de se lancer dans l'aventure de l'entreprenariat, les autres essaient de l'orienter vers la fonction publique.

Les 40%, la sécurité de l'emploi et la facilité sont les arguments prônés par la majorité pour favoriser une économie de la fonction publique. Ensuite, ils s'en prennent tous aux "autres non originaires de l'île" qui réussissent dans le secteur privé, rejettant la faute sur le racisme.

Pour ce qui est de la discrimination positive, je suis prudente sur cette proposition. Il faudrait peut être commencer par refuser d'admettre qu'il y a une formation d'élite. Pourquoi toujours valoriser les diplomes venant des grandes écoles? Pourquoi un diplome universitaire serait-il moins valorisé qu'un diplome d'une grande école?

Thème : Comment favoriser le dialogue social et l'accès à la formation professionnelle ?

Mettre en place une politique de discrimination positive

Vous répondez à ce commentaire :

Le dialogue social ne peut que s'améliorer si l'on arrête de monter des catégories contre les autres.
Les fonctionnaires ont passé un concours pour accéder à leur emploi, et rempli des conditions (titulaire d'un diplôme ou d'un niveau d'études, d'âge et de nationalité) ce qui n'est pas le cas de beaucoup de fonctions dans les collectivités et dans le privé.

Le dialogue social comprend différents interlocuteurs: syndicats, patronat, Etat et collectivités, qui pour des raisons évidentes ont des objectifs divergents.

proposition: L'obligation de se rencontrer chaque trimestre permettrait de lisser les revendications et de trouver des solutions à la prochaine rencontre selon des critères économiques objectifs

Certains partenaires n'ont aucune notion économique, même parfois chez les interlocuteurs de l'Etat, or pour une négociation productive, la transparence des impératifs du patronat, de la situation des salariés et la compréhension des mots et des mécanismes socio-économiques est nécessaire pour la réussite des négociations.

Exemple: Pouvoir d'achat, grand mot, magique, à redécouvrir::
Ainsi le pouvoir d'achat ce n'est pas que le salaire. Ce sont les avantages (voiture de fonction, logement), le 13eme, voire 14eme mois, les indemnités, les primes de rendement, les allocations familiales et avantages fiscaux (prime pour l'emploi, exonération), le tout à diviser par 12. On verra que beaucoup plus de gens n'ont rien à envier à un américain qui se trouve dans la même situation de famille, de santé et professionnelle.

C'est pour cela que le dialogue social est pourri: l'ignorance des faits

La discrimination positive n'est pas la panacée. L'échec de la discrimination positive aux USA a entraîné son abandon

La politique des quotas en France est plus habile, car elle assure pour ceux ont travaillé d'avoir une place retenue pour toute personne dont la situation est précaire, ou issue d'un milieu social défavorisé. La différence est notable: Ceux qui bénéficient de ces quotas sont compétents et non favorisés.

La discrimination positive a favorisé des personnes qui n'avaient pas forcément le niveau et qui ressentaient cette discrimination comme un "favoritisme" pas forcément en adéquation avec leurs notes d'entrée ni avec le résultats. Et du coup certains bons élèves se voyaient refuser l'entrée sous prétexte de discrimination positive, et voyaient leur place prise par des personnes moins compétentes ce qui a entraîné une "montée de sentiments d'injustice".

Thème : Comment favoriser le dialogue social et l'accès à la formation professionnelle ?

Mettre en place une politique de discrimination positive

Vous répondez à ce commentaire :

La discrimination positive n'est pas souhaitable dans une société qui pratique la justice, le respect, d'autres qualités universelles . C'est un favoritisme qui cache des défauts tels que l'exclusion , le racisme, la préférence ethnique...

La couleur de peau, la religion, les appartenances politiques... ne devraient pas jouer pour l'attribution d'un poste, d'un mandat politique et autres. Seules les compétences, les qualités humaines requises devraient compter, comme dit l'adage populaire : "que le meilleur gagne".

Les carences de nos décideurs-examinateurs engendrent le recours à " la discrimination positive" qui permets d'imposer quelqu'un pour une mission même s'il n'a pas le profil nécessaire.

Tout le monde devrait avoir une formation professionnelle adéquate.
On devrait tenir compte des besoins du marché du travail pour permettre l'insertion dès la fin de la formation.

Ceux qui reçoivent des aides ( RMI,autres) devraient effectuer une tâche d'utilité publique. L'assistanat permanent sans une compensation au service de la société est à proscrire, car c'est encourager les parasites-fainéants hormis ceux qui ont un handicap ( santé précaire, infirmités...) .