Archives
les etats generauxles themesles temoignagesparticiper a la consultationliens utiles
Thème : Comment améliorer l'insertion des jeunes et garantir l'égalité des chances ?

Mettre en oeuvre une politique d'insertion via la formation professionnelle pour les jeunes

Ce qu'ont écrit les internautes sur le même sujet. Cliquez ci-dessous pour en lire le détail.
accueuil des jeunesaltessereunion, Réunion
Améliorer l'insertion des jeunes et garantir l'égalité des chancesmarcelle, Guadeloupe
chef d'entreprise PMENathalie Bourcier, Réunion
EGALITE DES CHANCESolivier beaufour, Saint-Martin
l'insertion des jeunesFrancesca, Martinique
Propositions pour insertion des jeunes en difficultéLaila, Guadeloupe
Quels services de l'Etats pour l'outre mer?laverité, Martinique
3.3
Thème : Comment améliorer l'insertion des jeunes et garantir l'égalité des chances ?

Mettre en oeuvre une politique d'insertion via la formation professionnelle pour les jeunes

Vous répondez à ce commentaire :

Surtour arrêter l'assistanat. Une société d'assistés ne produit rien, ne cree rien. N'a pas d'ambitions. Comme dit le proverbe il est préférable d'apprendre à pêcher que de fournir le poisson tous les jours. Donc il faut arrêter avec "les petites pensions" de fin de mois aux jeunes. Il faut leur montrer qu'ils sont utiles. Il n'y a pas que le travail au bureau qui est important. Il n'y a pas de "sous métier". Utiliser tous ces jeunes désoeuvrés à nettoyer un peu les sites les plus visités par les touristes. Les utiliser aussi pour accueillir au mieux les touristes (guides). Les utiliser aussi au sein des quartiers afin que les autres plus jeunes apprennent à respecter les biens publiques.
Mais surtout arrêter de donner de l'argent sans contrepartie. Cela ne sera vraiment pas bénéfique pour lui et aussi pour la société. Tout travail mérite salaire mais aussi tout salaire mérite travail.

Thème : Comment améliorer l'insertion des jeunes et garantir l'égalité des chances ?

Mettre en oeuvre une politique d'insertion via la formation professionnelle pour les jeunes

Vous répondez à ce commentaire :

Les jeunes désoeuvrés finissent dans la rue, dans la drogue ou dans toutes sortes de trafic. Les faire travailler, pourquoi pas ! A condition de pouvoir les payer. Et pour les payer, il faut de l'argent. Donc, il faut payer plus d'impôt car tout le monde sait que nos communes, départements et régions ne roulent pas sur l'or. L'assistanat coute parfois moins cher que le travail. C'est bien pour cela qu'il perdure.

Thème : Comment améliorer l'insertion des jeunes et garantir l'égalité des chances ?

Mettre en oeuvre une politique d'insertion via la formation professionnelle pour les jeunes

Vous répondez à ce commentaire :

C'est vrai que beaucoup de jeunes désoeuvrés finissent dans la rue avec tous les risques de déviances possibles et que les collectivités locales sont souvent désargentées, bien qu'il ne faut oublier que c'est le Conseil Régional qui est en charge de la formation.
D'où peut-être la nécessité de réserver à ces jeunes sans qualifications les "emplois aidés", une sorte de discrimination positive en leur faveur, et que ces "emplois aidés" soient adaptés à leur profil et complétés par une formation de base. Car actuellement s'il y a un débat autour "des emplois aidés" c'est du fait que souvent que ce sont des jeunes qui sont censés accéder à un emploi de droit commun du fait de leur qualification qui les occupent, et que "ces emplois aidés " couvrent des fonctions qui normalement correspondent à un "emploi classique".

Thème : Comment améliorer l'insertion des jeunes et garantir l'égalité des chances ?

Mettre en oeuvre une politique d'insertion via la formation professionnelle pour les jeunes

Vous répondez à ce commentaire :

Bonjour,
à Mayotte pour encore 14 mois il est important pour moi guadeloupéen, de participer à ce grand débat par internet. Ancien proviseur de lycée en GUadeloupe, il m' a été donné de faire des propositions et d'innover tout au long de ma carrière. S'agissant de l'insertion des jeunes diplomés de niveau 4 ou 5, je suis pret à m'investir gratuitement ( je serai à la retraite dans 14 mois)dans la mise au point d'entreprises relais. Pour aller vite quoi de mieux qu'un exemple. Un jeune obtient son bac pro ou son cap de cuisine. Il est integré à une entreprise expérimentale de restauration où il recevra en plus du travail normal des formations à la création d'entreprise et à la gestion. Il sera payé sur les recettes au SMIC, mais il ne percevra que la moitié, l'autre moitié étant versée sur un compte épargne de l'entreprise. Il partira obligatoirement au bout de 18 mois avec un cheque représentant 18 demi mois de smic. S'il acquiert l'esprit d'entreprise il pourra s'associer à ses collegues de promotion pour monter leur propre affaire. Au départ l'investissement pour la creation de la structure relai ne dépassera pas 100000 euros. Puis il sera indispensable de remunerer des enseignants de la specialité qui ferons un suivi-cnseil- formation obligatoire. L'entreprise vivra par ses recettes.
J'ai encore des projets dans d'autres domaines qui s'adressent à des jeunes. déscolarisés et en rupture avec l'école et la société. Si cela interesse, je peux développer. Tout cela créera des emplois durables.
A bientôt.
Phil BON

Thème : Comment améliorer l'insertion des jeunes et garantir l'égalité des chances ?

Mettre en oeuvre une politique d'insertion via la formation professionnelle pour les jeunes

Vous répondez à ce commentaire :

J'approuve ce genre d'initiative et de proposition constructive.
Selon moi, il est avant tout essentiel de ne pas se livrer à de grandes théories mais de proposer des réponses dont la mise en œuvre puisse être immédiate .
Notre seule constante doit être la politique de l'ENGAGEMENTdu jeune pour sortir de d'une tradition d'assistanat et d'irresponsabilité qui conduit au désœuvrement.

Thème : Comment améliorer l'insertion des jeunes et garantir l'égalité des chances ?

Mettre en oeuvre une politique d'insertion via la formation professionnelle pour les jeunes

Vous répondez à ce commentaire :

Cela me permet de dire ,comme les médecins ,les avocats ect .
pourquoi les jeunes issus de la fomation professionnelle (bac pro ,bevet professionnel voir B T S )ne se regouperaient pas par affinité déja et par promotion en montant leurs entreprises .Les Chambres Consulaires , La Région les accompagneraient sur au moin 3 ans voir 5 .

Thème : Comment améliorer l'insertion des jeunes et garantir l'égalité des chances ?

Mettre en oeuvre une politique d'insertion via la formation professionnelle pour les jeunes

Vous répondez à ce commentaire :

je suis tout à fait d'accord avec vous, mais lorsqu'il n'y a pas de projet viable quoi de plus facile que de calmer les esprit et de " boucher les yeux" des jeunes.j'ai eu la chance de cotoyer des professionnels de l'insertion des jeunes en guadelupe, guyane et martinique c'est le meme cri les formations( quand ils existent) mise en place ne correspondent pas toujours au besoin du marché du travail.résultat? aprés ujne formation on fait une autre formation ainsi de suite.

Thème : Comment améliorer l'insertion des jeunes et garantir l'égalité des chances ?

Mettre en oeuvre une politique d'insertion via la formation professionnelle pour les jeunes

Vous répondez à ce commentaire :

Marcelle dit : "Pourquoi ne pas aider les patrons qui accepteraient de former pratiquement les jeunes?"
J'approuve et je rebondis,
Sortir du système scolaire sans qualification, cela touche de plus en plus de jeunes et ce n'est pas un fait nouveau. Des dizaines de dispositifs ont été créés mais ne donnent que peu de résultats.
Dans ces dispositifs on replace les jeunes dans le même schéma, en groupe, avec un programme commun, beaucoup de théorie etc... alors que ces situations d'apprentissage ne leur conviennent pas.
Pour s'insérer professionnellement, reprendre goût à l'apprentissage rien de tel que l'immersion en entreprise, dans la vie professionnelle mais en tant qu'acteur, avec un "statut", "une paye" donc une "reconnaissance sociale".
Mais pour permettre au chef d'entreprise d'endosser le rôle de "formateur", il faut lui en donner les moyens, l'accompagner dans sa démarche d'éducateur.
Les contrats aidés certes ... mais la plupart des chefs d'entreprises, responsables d'associations etc... bénéficiant de ces mesures pour favoriser l'insertion professionnelle durable ne peuvent pas faute de moyens humains et financiers assumer l'énorme responsabilité que l'état leur confie en leur demandant moyennant une aide au financement des rémunérations de "favoriser l'emploi durable des publics en difficultés d'insertion sociale et professionnelle". Pour ces publics la réponse n'est effectivement pas dans les centres de formation mais bien sur le terrain mais encore faut-il aider ces entreprises, associations etc... de bonne volonté à relever le challenge.
La réponse pourrait résider dans la mise en place de "prestations intra entreprises" qui pourraient être financées dans le cadre du dispositif des contrats aidés dont l'objectif serait d'épauler l'entreprise dans sa mission d'accompagnant social et professionnel.
Une expérience actuelle sur le terrain tend à me prouver que l'une des clés pour favoriser l'insertion professionnnelle et sociale d'un individu (jeune ou moins jeune) est l'accompagnement à la mise en place de SON projet et le moment privilégié lorsqu'il est en situation d'emploi. (= ACTIF)

Thème : Comment améliorer l'insertion des jeunes et garantir l'égalité des chances ?

Mettre en oeuvre une politique d'insertion via la formation professionnelle pour les jeunes

Vous répondez à ce commentaire :

Construire des collèges à taille humaine; 700 élèves maximum est une priorité et une nécessité.
Il "faut" Intégrer le sport dans les activités physiques prévues à l'emploi du temps.
Il faut figer pour cela sur 2 après midis dans les emplois du temps des élèves; les aux activités sportives et culturelles seront alors en bonne place et aux heures favorables au développement du préadolescent et de l'adolescent.
Les collèges devant être véritablement rénovés et pourvus des espaces adéquats.
Nb.:
Premier CTR de cyclisme de Guadeloupe en 1972 et coureur cycliste (sur piste : 5ème au championnat universitaire de France en 1972) et ayant pratiqué en 1ère catégorie en Guadeloupe, je pense savoir de par mes différentes fonctions affirmer que le sport et les activités culturelles, ont une place prépondérante dans la formation de l'individu. Ils conduisent le jeune à se comporter en société et en individu responsable et sachant discerner et prendre de véritables responsabilités partagées.