Archives
les etats generauxles themesles temoignagesparticiper a la consultationliens utiles

Thème : Quelle relation faut-il développer avec les voisins de chaque territoire d'Outre-Mer ?

insertion dans la Caraïbe

La Guadeloupe comme la Martinique sont géographiquement des terres caribéennes, mais sur le plan humain nous sommes isolés sur tous les plans dans la région. On aurait dit que cet état de fait insupportable est voulu par les autorités. L'isolement est historico-linguistique, la langue c'est la base même du rapprochement entre les Hommes, force est de constater qu'en dehors de la Martinique, nous sommes les seuls à utiliser cette langue dans la Caraïbe. 800 000 personnes utilisent le français ( en dehors d'Haïti ) dans la région, alors que l'espagnol est parlé par plus de 20 millions de personnes, sans parler des pays bordant la caraïbe. L'Anglais est parlé dans la grande majorité des îles quand notre grand voisin les USA, nous borde au Nord. L'isolement est aussi économique, les échanges sont quasi nuls. Pourquoi nos îles ne feraient-elles pas partie du Caricom ? L'isolement se retouve aussi dans les transports aériens, à part la Liat, aucune compagnie caribéenne ne nous dessert, la cubana de aviacion a pourtant à une époque relié notre île à la grande île, et la demande était pourtant là puisque c'est air caraibes qui a pris le relai. Il est plus facile de se rendre à Nice à 6800 km qu'à Bridgetown...à moins de 500 km d'ici. On se demande d'ailleurs pourquoi notre territoire est si difficilement accessible à nos frères caribéens que rien ne distingue vraiment ethniquement de nous, là où un Polonais ou un Grec n'aurait aucun problème même pour s'installer chez nous, alors que ces personnes nous sont complètement étrangères ! Même avec la Martinique, nos échanges ne sont pas aussi développés qu'ils devraient l'être. Après mes constats, il y a des solutions encore faut-il que des initiatives fortes soient prises pour que notre pays sorte de ce marasme environnemental, de cette carence géographique. C'est moins aux caribéens de venir vers nous que de nous d'aller vers eux. Des actions sporadiques commencent à voir le jour, mais les enjeux sont trop importants pour que la Guadeloupe (et la Martinique) soient en 2009 encore tournées vers Paris, alors que plus de 30 millions de personnes respirent le même air que nous et se baignent dans la même mer que nous.