Archives
les etats generauxles themesles temoignagesparticiper a la consultationliens utiles

Thème : Comment mieux organiser la gestion des collectivités et de l'Etat ?

gouvernance

CONTRIBUTION DE L’UNION DEMOCRATIQUE REUNIONNAISE AUX ETATS
GENERAUX DE L’OUTRE MER

Thème : gouvernance. Comment faire évoluer la gouvernance tant à l’échelon local qu’à
l’échelon central ?

P.J. : copies lettre et motion adressées au Président de la République Française
le 8 décembre 2008.

Depuis 63 ans, la Réunion est un département français ; elle est devenue par la suite une Région Ultrapériphérique européenne (RUP).
Ce statut a apporté de la stabilité institutionnelle et un certain niveau de développement économique. Néanmoins, aujourd’hui, cette situation montre des signes d’essoufflement et elle est incapable de répondre aux attentes sociales et économiques (l’emploi) des Réunionnais.
Cette situation désastreuse n’est pas liée au statut mais à la gouvernance. Le pouvoir pour l’Etat territorial est exercé par un Préfet, entouré d’une haute administration, qui semblent incapable de comprendre la situation réunionnaise et d’écouter et d’entendre la voix des Réunionnais. Le sentiment du Réunionnais exprimé ou pas, est que la Réunion est toujours une colonie au temps des gouverneurs et du conseil privé.

On pourra tout changer, tout bouleverser, modifier la Constitution, fermer le Ministère des DOM, retoucher le statut des RUP, supprimer le conseil général… on n’y changera rien si les domiens en général et les Réunionnais en particulier ne sont pas écoutés, ne sont pas compris et ne sont pas entendus.
« Le camion l’est bon, le chauffeur l’est pas bon » (le statut est bon, la gouvernance est à améliorer).

La vraie question est, comment repenser la représentation de l’Etat territorial à la Réunion ?

Cela renvoie à d’autres interrogations :

 Quelle est la place du Réunionnais à la Réunion ?
 Pourquoi le Réunionnais n’a pas l’impression d’être écouté, entendu et compris ?

Ces interrogations n’appellent pas nécessairement des idées d’indépendance ni de violence. Elles visent un meilleur fonctionnement de l’Etat Territorial à la Réunion par une prise en compte de la parole du Réunionnais sur les problèmes concernant la Réunion.

 Que veulent les Réunionnais ?

- Les Réunionnais veulent du travail à la Réunion,
- Les Réunionnais veulent de l’effort et de la dignité,

 Du travail pour les parents,
 De l’éducation pour les enfants.

- Seul le travail donne de la dignité durablement à l’homme.

 Que fait l’Etat Territorial pour proposer un plan de développement pour la Réunion, dans un espace qui compte près de 30 % de chômeurs ?

 Quelles sont les attentes des Réunionnaises et Réunionnais ?

- Le Réunionnais espère être mieux écouté, mieux entendu, mieux compris, car bien souvent même si on lui donne l’impression d’être écouté et entendu, il n’est pas compris,
- Le Réunionnais espère participer au côté des cadres des autres régions au fonctionnement de l’Etat Territorial à la Réunion,
- Le Réunionnais a un grand désir d’ordre et de liberté. Néanmoins,
il espère, au sein de l’Etat, participer aux prises de décision le concernant.

Les Etats généraux proposés par le Président de la République, constituent le coup de sifflet avec un peu de temps additionnel de la mi-temps du match de la départementalisation commencé en 1946 dans les DOM.

A la pause, quel est le constat ? Quelle est l’analyse ?

« La Réunion i perde. » - « Le Réyoné lé à terre. »

 52 % des Réunionnais vivent sous le seuil de la pauvreté : moins de 817 €/mois,
 Le taux de chômage avoisine les 30 %,
 La Réunion compte plus de 68 000 bénéficiaires du R.M.I dont beaucoup de jeunes,
 30 000 foyers réunionnais sont dans l’attente d’un logement social,
 100 000 réunionnais souffrent d’illettrisme,
 350 000 réunionnais bénéficient de la C.M.U,
 186 000 réunionnais vivent du R.M.I.

Tel est le constat.

A la reprise du match pour la 2ème mi-temps :

- Est-ce que l’on conserve la même stratégie ?
- Est-ce qu’on change de tactique ?
- Est-ce que l’on attend la fin du match en 2046 pour constater le résultat final ?

L’Union Démocratique Réunionnaise dit que c’est dès à présent qu’il faut corriger le tir.

Quelles sont nos propositions ?

1) – En ce qui concerne la gouvernance de l’Etat territorial, pour mixer l’équipe et renverser la tendance afin de mettre le « Réyoné en l’air », nous proposons de se saisir de la Révision Générale des Politiques Publiques (R.G.P.P) actuellement lancée notamment dans sa partie traitant de la réforme de l’organisation des services territoriaux de l’Etat.

En effet, cette réforme des services déconcentrés de l’Etat, pose deux niveaux de compétence : un niveau régional et un niveau départemental. La circonscription régionale devient le niveau de droit commun, du pilotage des politiques de l’Etat sur le territoire. Le niveau départemental est chargé de la mise en oeuvre de ces politiques publiques au plus près des administrés et du territoire.

Des huit emplois de directeurs régionaux qui constitueront le comité d’administration régional, placé auprès du Préfet de région et des trois emplois de directeurs départementaux placés auprès du Préfet du département, qui seront à pourvoir dès le premier janvier 2010 sur la base du décret n° 2009-360 du 31 mars 2009 relatif aux emplois de direction de l’administration territoriale de l’Etat, l’Union Démocratique Réunionnaise propose, comme elle a écrit au Président de la République dans sa lettre du 08 décembre 2008 et qui n’a pas soulevé d’objection de la part du Chef de l’Etat, que :

- dans les cinq (5) ans qui viennent, 50 % de ces emplois soient confié à des directeurs originaires de la Réunion,
- dans les dix (10) ans qui viennent, 50 % des emplois et fonctions d’encadrement des services régionaux et départementaux soient confiés à des jeunes Réunionnaises et Réunionnais disposant des diplômes et compétences nécessaires.

L’Union Démocratique Réunionnaise affirme que cette mixité est une nécessité pour le développement général et harmonieux de la Réunion et, pour le rayonnement de la France dans l’Océan Indien.

2) – Le changement de gouvernance passe également par l’amélioration de la démocratie de proximité au niveau local avec une définition claire des compétences de chacune des trois collectivités. Pour se faire, nous proposons :

- l’imbrication des deux collectivités locales Département et Région,
- la consolidation des communautés d’agglomération par sa soumission au suffrage universel direct,
- l’augmentation du nombre de communes.

L’Union Démocratique Réunionnaise
« Ecoute à nou, nou lé capable ».

Le Président,

D. POUNY

Union Démocratique Réunionnaise Saint-Denis, le 08/12/2008

N° 03 chemin Morlaix la Bretagne
97490 SAINTE CLOTILDE
Ile de la REUNION

Monsieur le Président
De la République Française

Présidence de la République
Palais de l’Elysée
55-57 rue Faubourg St-Honoré
7508 PARIS

Monsieur le Président,

J’ai l’honneur de vous faire parvenir une motion votée à l’unanimité par l’Union Démocratique Réunionnaise le 09 novembre 2008 à Saint Denis de la Réunion.

L’île est française depuis 1665 et a donné à la France cinq académiciens, des ministres et des amiraux qui ont versé sueur et sang pour la France.

Erigée en département en 1946, elle est la vitrine du dynamisme et de l’humanisme français dans l’hémisphère Sud. Grâce à la Réunion et aux autres DOM, la France est un état riverain de toutes les mers. La jeunesse réunionnaise d’aujourd’hui est porteuse d’une extraordinaire vitalité pour créer, gérer, administrer. Néanmoins, rien ne semble avoir changé depuis la période coloniale car les Réunionnais diplômés sont exclus de l’administration locale au profit de cadres et de hauts fonctionnaires de passage, méconnaissant la réalité locale. Ces jeunes doivent quitter l’île privant ainsi la Réunion de cette vitalité et de cette ingéniosité si nécessaires en ces moments difficiles.

Soixante-deux ans après la départementalisation, la situation de la Réunion est la suivante :

- un taux de chômage supérieur à 30 %,
- 52 % des Réunionnaises et Réunionnais vivent avec moins de 800 € /mois,
- 350 000 personnes bénéficient de la CMU,
- 186 000 personnes vivent du RMI,
- 29 000 foyers sont dans l’attente d’un logement social,
- 100 000 personnes souffrent d’illettrisme.

Je souhaite, Monsieur le Président, que vous puissiez donner aux Réunionnais et notamment à la jeunesse un signe fort de confiance en eux et en l’avenir. En vous assurant de mon dévouement, je reste à votre disposition pour toute initiative.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de mes sentiments les plus distingués.

Le Président,

D. POUNY
P.J. : Motion votée en assemblée générale
Constitutive du 09 novembre 2008.

Union Démocratique Réunionnaise

Assemblée générale constitutive du 9 novembre 2008

MOTION

Pour Monsieur le Président de la République Française.

L’Union Démocratique Réunionnaise, réunie en assemblée générale extraordinaire le 09 novembre 2008 à Saint Denis de la Réunion a voté à l’unanimité la motion suivante adressée au Président de la République Française.

A l’occasion de la réorganisation de l’administration territoriale de l’Etat à la
Réunion, l’Union Démocratique Réunionnaise demande au Président de la
République de prendre toutes les dispositions afin que :

- Dans les 5 années à venir, 50 % des membres composant le comité de
l’administration régionale de la Région Réunion, placé auprès du Préfet de la
Réunion, soient occupés par des directeurs régionaux originaires de la Réunion,

Et,

- Dans les 10 années à venir 50 % des emplois et fonctions de directeurs de service
dans les directions régionales et départementales, soient confiés à des jeunes
Réunionnaises et Réunionnais disposant des diplômes et compétences nécessaires.

Elle affirme que cette mixité est une nécessité pour le développement général
et harmonieux de la Réunion et, pour le rayonnement de la France dans l’Océan Indien.