Archives
les etats generauxles themesles temoignagesparticiper a la consultationliens utiles
Thème : Comment limiter les importations et augmenter la production locale ?

Favoriser une agriculture diversifiée et biologique

Ce qu'ont écrit les internautes sur le même sujet. Cliquez ci-dessous pour en lire le détail.
agricultureVION Jacques, Guadeloupe
agricultureassociation momon papa lélà, Réunion
agriculture bio et grenelle de l'environnementsamdumarais, Réunion
Agriculture Biologique en Guadeloupelognos jean-claude, Guadeloupe
agriculture qualitativepatrick f, Guadeloupe
Agriculture, élevage et pêcheDROUIN Frédéric, Guadeloupe
aide aux producteurs locauxBELLANCE, Guadeloupe
amelioere la production locale et son exportationannieea, Guadeloupe
COMMENT LIMITER LES IMPORTATIONStyburn, Martinique
Comment maintenir la production traditionnelle locale ?gérard Bégue, Réunion
Consommer autrementoli.mayotte, Hexagone
Diversification de la production agricoleGUATEL Jean-Pierre, Martinique
EtudianteCUIRASSIER, Guadeloupe
Ingénieur Mauleon, Guadeloupe
Les gardiens des bovins sauvages du piton Cabris au Piton de la FournaisePlaine Nature, Réunion
liberté EGALITE fraternitéNicole Duhamel, Guadeloupe
LIMITATION DES IMPORTATIONStanaly, Guadeloupe
Limiter les exportations et augmenter la production localeBOUTEAUD, Martinique
Pourquoi continuer dans la canne et la banane????manupub16, Guadeloupe
prenons exemple sur le jardin creoleMarco Taro, Martinique
production localem-c-p972, Martinique
production locale et condition de développement endogèneFUMONT, Guadeloupe
Production locale et conditions d’un développement endogène…durableAMARRES, Réunion
Productions localesMichael, Guadeloupe
Renforcement du lien avec la métropoleDROUIN Frédéric, Guadeloupe
Soyons responsablesMarcus, Martinique
teurateura, Polynésie Française
Transport en commun et AB pour un Développement DurableRaloul, Réunion
3.125
Thème : Comment limiter les importations et augmenter la production locale ?

Favoriser une agriculture diversifiée et biologique

Vous répondez à ce commentaire :

Une seule solution pour changer les choses c'est de changer nos comportements. Je m'explique (et cela est valable pas seulement en Martinique) il faut que les consommateurs boycottent dans la mesure du possible les produits qui, non seulement, nuisent au dévelloppement locale de l'agriculture mais aussi nuisent aux habitants des pays que l'on fait travailler sans vrai bénéfice pour eux puisqu'ils nourrissent l'occident à leur détriment. Depuis plusieurs mois je boycotte les crevettes d'asie par exemple (après avoir vu le calvaire des pauvres paysans du Bengladesh et Thaillande avec les crevettes, savoir que je mange alors qu'eux crèvent je ne peux pas...) Si les grandes surfaces se retrouvait avec des invendus sur les produits imports alors les choses changeraient ... C'est l'affaire de tout le monde dans son quotidien. Il faut privilégier un produit local si l'on a le choix. Il y a 50ans que cela soit en Martinique, en France ou autre, les gens mangeaient et consommaient ce que produisait l'industrie et l'agriculture de proximité. Alors oui on ne mangeait pas souvent de crevette en Savoie ou de Camenbert en Martinique mais est-ce que les gens mouraient de faim... Non je ne pense pas. Alors autant que faire se peu, regardez les étiquettes, consommez les produits de saisons ... et si nous étions des milliers voire des millions à le faire les grands manitous qui tiennent les manettes seraient obliger de changer...

Thème : Comment limiter les importations et augmenter la production locale ?

Favoriser une agriculture diversifiée et biologique

Vous répondez à ce commentaire :

A ce sujet, juste commentaire.
Il faut arrêter de planter de la canne sur des terrains contaminés au chloredécone auparavant plantés en bananes. Je parle de la commune de Capesterre où on s'obstine à planter de la canne à la place de la banane. Alors, notre sucre (et rhum) peut contenir aussi du chloredéconne. Car d'après les études, le chloredécone monte aussi dans la canne.
Continuons de planter de la banane dans ces terres là.