Archives
les etats generauxles themesles temoignagesparticiper a la consultationliens utiles
Thème : Comment faire baisser les prix ?

Favoriser les prix des produits locaux

Compenser le manque à gagner des producteurs locaux par une détaxe sur les exportations

Ce qu'ont écrit les internautes sur le même sujet. Cliquez ci-dessous pour en lire le détail.
baisse des prixeric du vert pré, Martinique
BAISSER LES PRIX A SAINT-MARTINolivier beaufour, Saint-Martin
Excellentchable, Guadeloupe
Exonérer la TVA à l'exportation vers la france et l'europe!superbaloo972, Martinique
les voitures, les métaux,la construction autolapouble, Réunion
prix des articles péiSarah La Réunion, Réunion
Prix des produits locaux plus attractifsguion-firmin félix, Martinique
tarifs prohibitifscaptroy, Saint-Martin
valeur sociale ajoutéeAUGUSTIN, Guadeloupe
2.9
Thème : Comment faire baisser les prix ?

Favoriser les prix des produits locaux

Vous répondez à ce commentaire :

Les faits sont là,
On oublie que l'arme la seule qui paye est le BOYCOTT des surfaces, des commerces qui ne pratiquent pas un prix raisonnable.
On sait moins que l'Europe vient d'autoriser les fabricants de faire des emballages au poids "aléatoire" (on trouvera des poids de 338gr, 127 gr, 489gr, 1kg 23 pour des emballages auxquels on avait pris l'habitude de lire: 125gr, 250gr, 450gr, 1kg).
Donc les prix vont baisser à coup sûr car les quantités vont diminuer. Il faudrait que certains agitateurs et meneurs de manifestants ne tombent pas dans la simplicité démagogique:
Ex: en demandant une baisse de 20% sur les prix de 250 produits alimentaires
il aurait fallu prendre pour base le prix au kilo et au litre, pour être sûr de pouvoir suivre les progrès des revendications. Même quand les poids changeront, nous aurons toujours le prix au kilo ou au litre comme repère et nous pourrons rester sereins dans nos relevés. En oubliant cette évidence, on vient de signer n'importe quoi.
Généralement, on manifeste quand les prix flambent. Or l'inflation est faible.
On demande 20% de baisse sur 250 produits et 200€ sur les salaire inférieurs à 1,4 x le Smic. Pour un supermarché, on lui demande de baisser de 20% sur les prix et d'augmenter de 14% pour les salaires les plus hauts. Ce coût en plein crise est le meilleur moyen de tuer le double des entreprises. Déjà plus de 3000 entreprises ferment après un an sur les 4000 créations, avant la crise. Imaginez le coût social de ces revendications d'ici Mars 2010.
Sans parler de l'absurde situation où beaucoup vont dépasser les plafonds "sociaux" et perdre le bénéfice de certains minimas sociaux et d'autres vont commencer à payer des impôts ou ne seront plus exonérés de certaines taxes.

Toujours grâce à ces personnes qui ne connaissent pas le monde économique réellement, ces mesures vont être financées en partie sur le dos du RSA . On vient de casser la dynamique du RSA en instaurant le RSTA.
Donc ce mouvement légitime s'est rendu coupable de nos pires ennuis à venir.

Je serais venu soutenir tout mouvement qui aurait demandé une baisse des prix sur 250€ produits, sur les prix d'avion (pourquoi un Corse bénéficie de 150€/ billet et nous 15€ ?), sur la baisse des prix pétroliers et sur l'établissement du RSA dès la fin des Etats Généraux.

En demandant pendant trois ans de soutenir les salaires de 150 à 200€, en demandant la baisse des prix des produits alimentaires sans vraiement de base référentielle (prix au kilo), c'est forcément au devant de hausses des prix et de faillites vers lesquelles nous nous dirigeons.

Une enquête dans un quoitidien montre comment le prix des légumes évolue entre le producteur et le supermarché. Certains produits sont multiplier par un coefficient de 2,56 (aubergine), et en moyenne ce coefficient est de 1,72.pour la période étudiée (Février à Mars 2009)

Voici ma proposition.
Entre le producteur, le marché forain et le supermarché nous avons trois interlocuteurs: Or Si chacun n'avait pris que 25% (1,25) de marge, l'aubergine n'aurait coûté au supermarché que 1,01 € (0,65 x1,25=0,81€ pour le marchand forain et 0,81€ x 1,25= 1,015€ pour le supermarché, en supposant que le supermarché achète avec le marchand forain ou un intermédiaire grossiste.
Alors comment accepter que l'aubergine soit vendue 1,67€ soit (0,65 x 2,56 )
Le prix ne fait pas la qualité Il n'est "pas fondé" de dire que les produits alimentaires à bas prix sont de moins bonne qualité que leurs concurrents, affirme la CLCV, dans une étude comparative rendue publique mardi.

Donc pour la transparence, je propose que chaque acteur prenne 25% au maximum sur chaque produit et indique son rang d'acheteur.
exemple: Le producteur (1)a vendu au marchand forain (2) ou à un grossiste (2). Le grossiste vend au supermarché (3). On sait donc deux choses: combien d'intermédiaires en plus du producteur ont pris un pourcentage sur le produit:
Deuxième avantage de pouvoir retrouver le prix maximum de vente du distributeur. Mais rien n'empêchera un des acteurs de baisser sa marge selon la quantité.

Ce pourcentage est proposé a titre indicatif, mais tout le monde aurait pu prendre 30% chacun, soit 0,67 pour le producteur, 0,87 pour le marchand forain et 1,14€ à l'étalage au supermarché. On voit bien que les marges sont donc importantes et aléatoires et que les abus sont constants.
En imposant un pourcentage maximum par rapport au coût de revient, on régule les prix. J'ai vu des détaillants qui pratiquaient un coefficient de 2,5 sur le produit que je leur vendais: ainsi un produit vendu au détaillant à 2,2€ passait à 5,5€ sans états d'âme et se vendre comme des petits pains malgré tout.

N'oublions pas que l'aubergine a été vendue à 1,67€ soit 0,64 x 2,56, (ou 0,64x1,25x1,25X1,25X1,25 =1,58)soit 2 intermédiaires fantômes qui auraient dû figurer ici ou comme je le pense des bénéfices "juteux" pour payer les charges et taxes avant tout

Thème : Comment faire baisser les prix ?

Favoriser les prix des produits locaux

Vous répondez à ce commentaire :

Je pense sincèrement que l'exemple pris par aktharis est très bien représenté sur la formation des prix des produits locaux sur l'île de la réunion !

Comment ce fait-il qu'une association (de mal-faiteur) s'octroie le droit de négociation de ce genre d'actualité touchant directement l'habitant lambda, sans avoir au préalable fait des réunions publiques dans toutes les régions de l'île pour savoir ce qu'en pense réellement les intéressés ??
Est-ce que ces états généraux serviront à renégocier et à parfaire cette très grosse erreur de jugement du COSPAR en favorisant l'achat au juste prix des produits locaux qui permettraient aux acheteurs de privilégier leur niveau de vie et à la filière locale de prospérer et pourquoi pas d'embaucher ??

Thème : Comment faire baisser les prix ?

Favoriser les prix des produits locaux

Vous répondez à ce commentaire :

Dès l'arrivée de l'euro tout a été faussé c'est à se demander si cela n'avait pas été fait délibérément ou si cela n'a pas été une grosse bavure du gouvernement en place au moment de l'arrivée de cette monnaie. Je me suis toujours demandé comment a on pu laisser dériver les prix à ce moment là car si je me souvient une baguette de pain qui coûtait 0,75 fr a été réajusté à 0,75 € sachant que 1 € vaut 6,55957 fr notre baguette nous coûte 4,90 fr depuis alors que les salaires ont été réajusté à l'équivalence franc / € . Un citoyen qui percevait 10000 fr sera à 1524,5€ . A partir de là le coût de la vie a explosé. Je pense donc qu'il est temps de se poser autour d'une table et d'étudier cette dérive et voir comment réparer les dégâts. La crise mondiale n'est pas sans causes cette dérive là en est une.
Une revalorisation des moyens et bas salariale serait justice par une aide de l'état pour rétablir une relance comme le peuple guadeloupéen l'a fait sentir il y a pas si longtemps.