Archives
les etats generauxles themesles temoignagesparticiper a la consultationliens utiles

Thème : Quels projets structurants pour l'avenir de chaque territoire ?

Efficacité de la lutte contre l'orpaillage clandestin

Une lutte efficace contre l'orpaillage clandestin est possible en Guyane.
Avant hier, de hauts fonctionnaires métropolitains sont venus en Guyane "pour toucher du doigt les problèmes d'orpaillage" .Evidemment, ce n'est pas avec ces méthodes que l'on va éradiquer ce phénomène qui perdure depuis pas mal d'années et qui prend même davantage d'ampleur.
Au Brésil, il n'y a pas d'orpaillage clandestin, les garimperos ont compris que ce n'est pas possible (les autorités brésiliennes ont des méthodes très musclées) et ils n'essaient pas chez eux, ils viennent en Guyane où ils auront de bonnes chances de pouvoir travailler sans être dérangé même si un camp est détruit de temps en temps par les autorités françaises.
Pour éradiquer ce fléau, ils faut faire comprendre aux garimperos qu'ils n'auront plus la moindre chance de pouvoir travailler en Guyane et cela en détruisant systématiquement tous les campements sans exception.
Il ne s'agit pas d'agresser, blesser ou tuer ces hommes mais de détruire systématiquement leur matériel. Ils ne pourront pas se permettre de réinvestir continuellement sans ramener le moindre gramme d'or.
Ce n'est pas si difficile de repérer les camps (rivières boueuses, forêt défrichée, examen des photos aériennes, trafic fluvial pour acheminer les vivres et le matériel, écouter les témoignages des habitants locaux,...)
Pour cela, l'Etat pourrait découper la Guyane en secteurs et nommer dans chaque secteur un responsable de la recherche des camps d'orpaillage clandestins aidé d'un peu de personnel et de moyens de déplacement, cela serait l'occasion de créer quelques emplois. L'objectif à atteindre est de pouvoir localiser tous les camps d'orpaillage clandestin, sans aucune exception. Ensuite, pour la destruction des camps, l'Etat a montré qu'il sait faire.
La demi-mesure n'est jamais une bonne solution : soit on tolère l'orpaillage clandestin (catastrophique pour l'environnement et la santé des populations locales), soit on l'interdit et on met tout en oeuvre pour que l'interdiction soit respectée, ce qui au final, coûtera moins cher que de faire tous les ans une opération harpie qui finalement n'éradique rien du tout, l'orpaillage clandestin étant même en augmentation.