Archives
les etats generauxles themesles temoignagesparticiper a la consultationliens utiles

Thème : Comment améliorer l'insertion des jeunes et garantir l'égalité des chances ?

Education et formation de base des citoyens

Malgré un rythme accéléré de réforme tant structurelles que pédagogiques (cycles d’apprentissage, réorganisation de la semaine de classe, socle commun de connaissances et de compétences, nouveaux programmes d’enseignement, etc.) l’école aujourd’hui est dans une impasse. Les résultats aux évaluations bilans attestent des grosses difficultés qu’ont les élèves à atteindre les compétences requises dans les matières fondamentales, mathématiques et français. Et si on s’avisait de tester leur culture générale, on s’en trouverait atterrés de la pauvreté de celle-ci et carrément consternés en ce qui concerne la culture locale.
Les enfants qui fréquentent nos écoles seraient-ils abêtis ? Je ne crois pas. Ils sont aussi intelligents que nous l’étions et que nos parents l’étaient.
Nos enseignants seraient-ils incompétents ? Certainement pas. D’une manière générale, avec ardeur et enthousiasme, ils tentent de faire réussir leurs élèves.
Cependant toute la volonté d’un enseignant ne peut faire apprendre un élève qui n’est pas motivé, qui ne se croit pas capable d’apprendre et surtout qui, lorsqu’il se projette dans l’avenir ne voit pas les retombées de cet apprentissage.
Apprendre nécessite, effort, volonté, prise de risque et motivation.
Tout élève, s’il n’est pas reconnu handicapé, est capable d’apprendre ce que l’école enseigne aujourd’hui ; cependant, il n’y arrivera pas si l’école et la famille n’agissent pas de connivence, ne rament pas dans le même sens. Et c'est dès le plus jeune âge qu'il faut donner à l'élève l'envie d'apprendre, le gout d'étudier. C'est à l'école primaire que tout se joue et c'est sur celle-ci que se porte mes propositions.
Il faut absolument (r)amener les familles à l’école, mais pas comme elles y vont actuellement. Il s'agit de rechercher leur collaboration dans un climat de confiance et de respect mutuel. Les choses se passeront beaucoup mieux, si il leur est laissé le choix de leur école. Aussi je propose que l’on rénove, modernise, actualise les pratiques enseignantes et qu’on donne aux parents la possibilité de choisir leur école en fonction de l’offre d’enseignement.

1.Instaurer une saine compétition entre les écoles :
Faire obligation à chaque école de présenter les résultats des élèves dans le cadre d’une action pédagogique médiatisée mettant en évidence les connaissances et les compétences acquises dans un domaine de leur choix –en lien avec les apprentissages obligatoires à l’école- : spectacle, exposition, jeux concours testant la culture générale, débats littéraires ou citoyen, journée portes ouvertes, activités sportives, journal scolaire, journal télévisé, émission radio, productions littéraires, productions artistiques, théâtre, danse, etc….Les médias, radio, télévision, quotidien Frances Antilles, les promotteurs de spectacles, les propriétaires de salles publiques, de salles de cinéma, etc. devront être mis à contribution pour mettre en évidence les travaux des élèves en offrant de vrais espaces d'expression et de communication aux élèves (par exemples, un journal télévisé, des heures d’antennes radio, un n° du quotidien une pièce de théâtre, un spectacle de danse, une exposition d'arts, un film, etc. à réaliser « pour de bon », )

2.Développer des actions pédagogiques motivantes et riches pour élèves et enseignants susceptibles de remobiliser les élèves sur leurs apprentissages et de donner le goût d'apprendre.
Renforcer les actions développant le vivre ensemble, l’éducation à la citoyenneté, l’autonomie la culture générale, etc. Faire obligation aux équipes enseignantes de faire participer chaque élève entre le CP et le CM2 (entre 6 et 10 ans) à au moins deux séjours de 15 jours « d’école hors de la classe », c'est à dire à une classe transplantée à thème : classe de mer, classe verte, classe artistique ou littéraire avec des artistes ou des écrivains en résidence, classe de pratique musicale, de danse, de théâtre, de sport, de production multimédia –NTIC-, de sciences, de couture, de vidéo, de cinéma, etc. Il faudra pour cela réquisitionner les lieux disponibles à restaurer et à mettre aux normes pour accueillir les enfants (hôtels, VVF etc. laissés à l’abandon dans notre île) et envisager de les accueillir dans les structures hôtelières désertées par les touristes (Caritan, Club Med, Karibéa, etc.…).

3. Soigner la liaison école-famille
Faire obligation aux écoles de soigner le lien école-famille, de le restaurer là où il est rompu en organisant par exemple, trois rendez vous dans l’année avec les parents qui seront soumis à une obligation de présence. On pourra pour ce faire, par exemple, bloquer la progression de l’élève dans le système si ses parents ne viennent pas aux rencontres (prévoir d’organiser ses rencontres à des heures de disponibilité possible pour le plus grand nombre, samedi après midi ou dimanche matin, par exemple)

4.Prendre en charge à l’école l'éducation et la formation des parents : « l’école des parents »
Les trois rencontres annuelles doivent permettre de parfaire « l’éducation du parent d’élève » par le biais de conférences, de débats, de films, d'exposés sur des sujets choisis en fonction des difficultés observées et de rencontrer les enseignants de leur enfants dans des ateliers plus « intimistes ».