Archives
les etats generauxles themesles temoignagesparticiper a la consultationliens utiles

Thème : Quel travail faut-il accomplir pour réconcilier la mémoire, la culture et l'identité ?

Conforter la mémoire et l'identité

L'esclavage est un fait historique. Il n'y a ni honte ni fierté particulières à s'en souvenir. Il faut tout simplement, et sans aucun complexe, l'assumer, ainsi d'ailleurs que notre métissage qui fait l'originalité, la richesse et la diversité de nos populations. Il est donc nécessaire qu'il soit reconnu, enseigné ( à tous les élèves et lycéens des DOM et de l'Hexagone ), évoqué sereinement ( sans polémiques improductives ni conflits qu'il est temps de dépasser au 21è siècle ), et l'abolition de l'esclavage commémorée officiellement dans le pays.
A ce sujet, il peut sembler qu'une date unique pour tout le territoire induirait et procéderait, davantage qu'une diversification de dates, à un devoir de mémoire et prise de conscience communautaires de l'ensemble de la Nation, ce qui est hautement souhaitable. La date de l'abolition définitive, qui, il faut le rappeler, faisait simultanément des esclaves libérés des citoyens français, apparait, dans cette optique, la plus appropriée.
En ce qui concerne l'usage du créole,il est également souhaitable qu'il soit protégé et perdure, sans oublier toutefois le fait qu'il ne semble exister que dans les régions liées ou ayant eu des liens à un moment donné de leur histoire avec la France ( Ste Lucie par ex. ),et est peu parlé ailleurs. Sa reconnaissance est ainsi plus un instrument d'identification communautaire que d'ouverture sur le monde extérieur. C'est donc une langue régionale ( comme le breton, l'alsacien, le corse,...etc ), avec la particularité de variantes entre la Guadeloupe, la Martinique et la Guyane, qu'il convient de préserver pour conserver son authenticité et sa richesse. Vouloir à tout prix l'unifier et en inventer une écriture pour le moins originale et souvent difficile à lire pour les propres intéressés est tout simplement artificiel et relève probablement d'un parti-pris idéologique sans rapport avec la pratique du langage usuel.